ANA HELENA ROSSI

Ce poème se réfère à l’acte d’écrire, pulsion primordiale qui est en moi, depuis toujours. Dans l’acte d’écrire, il y a une scansion avec le temps, et ainsi, nous devenons nous-mêmes. 

(poème traduit vers le français le 22 février 2020, Brasília, Brésil)

dans l’acte d’écrire 

dans l’acte d’écrire

la main glisse sur

des ponts du papier des lignes

captivantes attachantes

des lignes magnifiques à l’horizon

planent sur nos vues

dans l’acte d’écrire

la volonté réalise l’irréalisable

pureté de l’air

des volontés ardentes survolent le coucher du soleil

et en cet instant

je me perds dans l’acte d’écrire

des lignes magnifiées

où pulse la geste

où des mers naviguent

où le lendemain survole la main

dans l’acte d’écrire

ma main maintenant glisse

ma main hier glissa

ma main demain glissera

sur l’infini du papier

que je suis

sur l’infini du temps

mémoire sans temps

main sans mémoires

la nuit des lumières tombe

dans l’acte d’écrire

je superpose mes pensées

des voix glissent dans le lendemain grisâtre

des voix surgissent dans la soirée lointaine

mémoires au lointain

et en cet instant

insaisissable

et en cet instant

la mémoire est écho

fruit d’autres vies

connaissance inconnue

au-delà de l’au-delà vers l’au-delà des mers

dans l’acte d’écrire

je ne cherche chose aucune

les choses me cherchent

dans l’acte d’écrire

j’écris

je suis écrite

dans l’acte d’écrire

je pense

je suis pensée

par les douleurs infinies

mémoires au vent

longitudes inclinées

vie sur le plano piloto

dans l’acte d’écrire

des nouvelles de moi je ne donne pas

je suis donnée par la pulsation

de ma main

instant incorrect

des corrections me font écrire

après… du côté de la lune obscure

après tous les lendemains

après lorsque tout sera parti

et alors,

l’acte d’écrire fera

l’acte d’écrire( me) fera

et je serai faite

par la geste d’écrire

pulsations font écho entre les doigts

vibrations courent sur mon corps

et dans le doute subitement

j’écris

pour ne pas arrêter de respirer

puisque ce n’est pas moi qui respire

moi

au-delà du moi

au-delà du je

dans le lontain du temps sans temps

d

ans l’acte d’écrire

écho

je vais

certitudes

dans l’acte d’écrire

Este poema se refere ao ato de escrever, pulsão primordial que me habita, desde sempre. No ato de escrever, existe uma escansão do tempo, e assim, nós nos tornamos nós-mesmas.

poema escrito em português, em 5 de maio de 2008, Avignon, França

no ato de escrever

a mão desliza sobre

pontes papel linhas

requebradas fascinantes

vistosas linhas no horizonte

pairam sobre nossas vistas

no ato de escrever

a vontade realiza o irrealizável

pureza do ar

ânimos ardentes sobrevoam o pôr-do-sol

e nesse instante

eu me perco no ato de escrever

linhas requebradas

onde o gesto pulsa

onde naves navegam

onde o amanhã sobrevoa a mão

no ato de escrever

minha mão agora desliza

minha mão ontem deslizou

minha mão amanhã deslizará

sobre o infinito do papel

que sou eu

sobre o infinito do tempo

memória sem tempo

mão sem memórias

anoitecer das luzes

no ato de escrever

sobreponho meus pensamentos

vozes deslizam no amanhã cinzento

vozes surgem no anoitecer longínquo

memórias ao longe

e nesse instante

insaisissable

e nesse instante

a memória ecoa

fruto de outras vidas

conhecimento desconhecido

além do além para além dos mares

no ato de escrever

busco coisa alguma

coisas que me buscam

no ato de escrever

escrevo

sou escrita

no ato de escrever

penso

sou pensada

pelas dores infindas

memórias ao vento

longitudes inclinadas

vida no plano piloto

no ato de escrever notícias minhas não dou

sou dada pelo pulsar

da minha mão

instante incorreto

correções me fazem escrever

depois ao lado da lua escura

depois de todos os amanhãs

depois quando tudo terá ido

e aí,

o ato de escrever fará

o ato de escrever (me) fará

e eu serei feita

pelo gesto de escrever

pulsações ecoam por entre os dedos

vibrações correm pelo meu corpo

e na dúvida, súbita

escrevo

para não parar de respirar

já que não sou eu quem respira

eu

além do eu

além de mim

no longínquo do tempo sem tempo

 

no ato de escrever

eco

vou

certidões

no ato de escrever

http://ana-poesia-poesie.blogspot.com.br/